Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 20:18
Trois petites notes de musique …. révolutionnaires

 

 

 

 

Ce soir grande première à l’opéra de Milan , l’orchestre philharmonique de Latuque  va se produire pour la première fois devant tout ce que la ville compte de notables et de fins amateurs de musique religieuse.

Un vrai parterre de connaisseurs et de brillants érudits .

La salle bruisse de mille sons.  Toussotements, chuchotements , froissements d’étoffe , bribes de conversation et autres accords d’ instrument se font entendre.  La salle respire avant que de retenir son souffle et de se laisser envahir par la musique.

D’ailleurs dans la fosse , les musiciens , dans leur smoking noir impeccable , s’activent à finir de dresser  pupitres et partitions .

 

De leur côté les notes ont décidé de tenir une assemblée générale à quelques minutes de l’ouverture .

En effet un îlot de résistance , un peu désordonné et très remonté , a décidé de revendiquer son droit au silence, au temps mort , voir à la dysphonie.

L’œuvre magistrale qui doit être jouée ce soir , extraite de l’antiphonaire  dont l’exemplaire vient directement du Vatican , pose un vrai cas de conscience à ces notes rebelles. Elles estiment que le côté vernaculaire de l’œuvre rend leur travail incompréhensible , inaccessible pour les non initiés  . Et qu’il s’en va de l’égalité d’accès à la culture.

Ce sont des notes laïques .

Elles proposent de casser le rythme, de saper l’arpège bref de faire la part belle à la dysphonie et donc d’annuler le caractère sacré des chants de la soirée.

Dilemme pour les toutes les autres , doivent elles se ranger derrière les réfractaires et saboter le concert exceptionnel de ce soir  ou bien peuvent elles encore les convaincre que chaque phrase musicale jouée harmonieusement ce soir , par un orchestre quelque peu « néo- révolutionnaire » rappelons le , participera au partage d’un nouveau savoir , d’une nouvelle culture … et que tout cela est des plus laïque ma foi.

 

Pendant ce temps la salle fini de se remplir dans l’ignorance totale du drame qui se joue à quelques pas .

Et puis on attend encore l’arrivée de la diva : le contre ut , capricieuse et hautaine qui une fois de plus se fait désirer.

C’est que pour calmer ses angoisses de la veille et tenter de fermer l’œil avant que le jour ne pointe son nez , la belle s’est gavée de somnifères . Du coup elle n’est sortie de son sommeil comateux qu’en toute fin d’après midi et il faut dire que depuis,  l’angoisse la rend aphone . Du pur plaisir. Vraiment. C’est pourquoi , barricadée dernière sa portée elle se fait attendre.

Elle est bien évidemment à mille lieues d’imaginer que son grand retour sur scène , après des années d’absence  , est compromis par la section anti-confessionnelle de ses collègues .

 

Dans la fosse la conversation est toujours aussi vive. Il semblerait même que la position de certaines se soit radicalisée .

On en appelle à la responsabilité des unes  , à la prise en compte des revendications des autres . Bref une vraie cacophonie.

Il est alors décidé de faire intervenir un médiateur en la personne de la clé de sol . Très amie avec les blanches à deux temps elle s’entend assez bien avec les noires à un  et accepte de dialoguer avec les croches. L’espoir renaît.

Il faut absolument régler ce conflit le plus rapidement possible , il en va de la crédibilité des musiciens et de la réputation du lieu .

En effet que pensera l’assemblée en entendant à intervalles réguliers silences imprévus  et autres fausses notes surprises.

A aucun moment elle ne pourra soupçonner un mouvement de grève spontané des notes et se contentera d’incriminer ces pauvres musiciens , alors qu’eux-mêmes auront bien du mal à maîtriser les caprices de ces dames.

Ah non la révolution de salon n’est pas chose aisée non plus croyez moi.

 

Les invités semblent commencer à s’impatienter , la diva a enfin retrouvé sa voix et s’époumone contre ces inconscientes, capables de mettre en péril tout un concert pour faire valoir des revendications somme toute bien égoïstes .

Le chef d’orchestre a beau garder son calme , sa baguette , elle , voudrait bien rejoindre le mouvement par solidarité.

Quant aux notes  , elles sont remontées comme une boîte à musique ce qui n’arrange rien mais alors rien pour les syndicats , légèrement débordés par leurs bases semble t-il.

 

Cependant et enfin après de longues , très longues minutes de conciliabule plus ou moins houleux , le blocage du concert est évité de justesse et on fini par annoncer aux spectateurs médusés un changement de programme , un « aménagement du livret » .

Une nouvelle version sera proposée ce soir .

Une version tellement nouvelle qu’elle sera … comment dire… plus argentine que religieuse.

C’est ce qu’on appelle un arrangement radical .

Mais quoique on en dise  du Vatican à Buenos Aires la musique reste la musique … Et du tangage au tango il n’y a après tout qu’une légère différence d’oscillation !!!!

 

 

 

LMN   Octobre 2010

 

  opéra de Milan

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de onselit.over-blog.com
  • : Tout a commencé lors de la semaine de la Langue Française... Mademoiselle Qui a organisé une "modeste manifestation non internationale" intitulée "poésie, on se lit, on se lie". Il s'agit pour chacun d'entre nous d'écrire un texte en prose ou en vers contenant 10 mots proposés en début de mois. Ces textes sont diffusés le mois suivant jour après jour à chaque membre du groupe. "on se lit, on se lie" !
  • Contact

Recherche