Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 juillet 2014 4 31 /07 /juillet /2014 23:06

 LA FAUTE A  "PAS DE CHANCE"

 

 

 

 

Je me suis livré à COEUR OUVERT pour faire passer un MESSAGE d'espoir à un enfant handicapé  qui QUEMANDAIT  une BISE, allongé sur un canapé de VELOURS RUTILANT.    Mais sa maman jouait une tout  autre PARTITION  et ne l'écoutait qu'OCCASIONNELLEMENT  n'ayant d'intérêt que pour le DYNANISME de son cadet débordant de vie.

 

 

Mais les mots de mon message furent vains, rien ne put atténuer la souffrance physique et morale de ce petit bonhomme.

 

 

Qu'avait-il donc pu faire de si grave pour "mériter" ce DOULOUREUX destin ?     This is the question  .... 

                                                          Mariette

 

 

 

P.S.  Mon but n'était pas de plomber  votre été par une histoire triste,  pardon et bonnes  vacances à tous.

 

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2014 4 31 /07 /juillet /2014 23:04

Séparation

 

Je te le dis à cœur ouvert : il n'y a rien de douloureux.

De cette histoire un peu minable je ne sors pas très malheureux.

Sache-le bien!

J'ai même retrouvé mon dynamisme, ma gaité, mon entrain.

Occasionnellement je repense à tes bises,

Tes caprices... des bêtises.

Non, vraiment rien de rutilant,

De maigres souvenirs flottants...

Ne crois pas que je vais quémander des baisers de velours,

Des mots qui riment avec toujours.

Et ne crois pas que je regrette, que je vais

T'inonder de messages, de textos, de photos

Ou bien encore de vidéos.

La partition est terminée. De te le dire je me devais.

 

 

AMB

 

 

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2014 4 31 /07 /juillet /2014 23:03

Epreuve

 

A cœur ouvert, de toi à moi, te faire partager mon émoi.

Aussi  douloureux que puisse te paraître cet envoi,

Aussi étrange que ce message écrit avant que je ne m’enlise,

Je ne pourrai plus te quémander la moindre affection, la moindre bise.

 

Mon corps qui souffrait occasionnellement n’offre plus le même dynamisme.

Il ne joue  plus du tout la même partition, il souffre et exige plus de demi-pauses.

Il  s’exprime sur un faux rythme, tel un métronome en mal de mécanisme.

Mauvaise symphonie, mauvais tempo, puisqu’il le faut, accorde-moi une longue pause.

 

A cœur ouvert, de toi à moi, te faire partager mon émoi.

Aussi  douloureux que puisse te paraître cet envoi,

Je te retrouverai, aussi rutilant que par le passé,

Aussi doux que du velours pour t’embrasser.

 

Jean

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 21:01

L’improbable chemin des terres afghanes aux pelouses Brésiliennes

 

 

 

Il y a quelques semaines en Inde, deux jeunes filles de 14 et 15 ans ont été pendues à la sortie de leur village. Qu’avaient elles bien pu faire qui justifia qu’on les tue avec cette violence alors qu’elles n’étaient encore que des enfants ?

Elles étaient devenues la honte de leur famille.

Mais quelle honte, aussi grande soit-elle, pouvait exiger pour laver l’affront qu’on laissa le corps de ces jeunes filles à la vue de tous, telles des poupées de chiffons désarticulées ?

Elles avaient été violées.

Par des dizaines d’hommes, 38 au total.

Et la honte n’était  pas pour ces hommes mais pour les familles de ces jeunes filles.

Quel message envoyait-on ainsi à la face du monde ?

Un ministre a même osé déclarer que si le viol était interdit, il pouvait, occasionnellement, être justifié. Justifié !!!!

Telle une partition bien réglée les déclarations des chefs, de village, de police, de tribus se sont alors succédées. Timides condamnations, insoutenables prises de position.

Et puis il y a eu cette jeune femme Afghane,  lynchée à coups de briques par sa propre famille, bien qu’enceinte parce qu’elle osait aimer un homme que ses parents n’avaient pas choisi.

 Et cette Pakistanaise dont on effaça les traits du visage à coups d’acide comme on aurait gommé une erreur sur un bout de papier parce qu’elle avait heurté l’honneur d’un homme en ne répondant pas à ses avances.

Et que nous diraient ces jeunes lycéennes enlevées au Nigeria pour servir d’esclaves sexuelles à des combattants qui n’ont rien de glorieux ? Que le bleu de leur ciel s’est brusquement assombri pour n’être plus que ténèbres et que jamais au grand jamais il ne pourra de nouveau être bleu ? Que la bise la plus glaciale ne pourra jamais chasser ce voile dans leurs yeux et ne sera jamais plus froide que l’hiver a jamais gravé dans leur cœur ?

Toute la beauté, toute la pureté, l’innocence et le dynamisme de ces jeunes filles foulés au pied, bafoués, assassinés. Pour qui, pourquoi ?

 

Qu’il doit être douloureux d’être femme dans ces pays. Malheureusement. Tristement.

Insupportablement. Intolérablement.

Je ne sais pas vous mais moi j’ai mal. De colère, d’impuissance, de silence. D’incompréhension.

Si demain la parole pouvait être donnée à toutes ces femmes, que nous diraient-elles ?

Oseraient-elles, pour une fois dans leur vie, parler à cœur ouvert ? Se l’autoriseraient-elles ?

Auraient-elles le courage de le faire et nous celui de les entendre, d’affronter leurs regards ?

Ces femmes qui meurent chaque jour deux fois, une fois sous les coups de leurs agresseurs, une autre sous celui de notre silence voire de notre indifférence ; ces femmes dis-je ne demandent rien, ne quémandent rien. Elles meurent en silence. Et ce silence devient de plus en plus assourdissant.

«  Nul sang n’est d’un rouge plus rutilant que celui des martyrs ». Mais la terre a beau virer au rouge, d’un rouge aussi épais que celui d’un velours recouvrant le sol, il semble que cela ne soit pas suffisant.

 

 

 

 

[…..]

Depuis deux semaines déjà des hommes portent sur leurs épaules tous les espoirs d’un peuple, d’un monde. La pression est immense, l’attente insupportable et l’espoir, sans doute,  démesuré.

Ce monde a les yeux tournés vers le Brésil et plus  rien n’a d’importance.

Quand certains voient l’orgueil de tout un peuple, de tout un pays associé à un ballon, moi je rêve de voir celui de tout un monde associé au respect de la femme, de l’humain , de tous les êtres humains.

 

 

Car se battre et mourir dans l’indifférence devrait être le combat du passé, de la honte.

Mais se battre, avancer  et faire avancer les choses  avec l’aide de tout ce qu’il y a d’humain en nous devrait être le combat du présent, du futur.  Celui de tous les temps car aussi celui du respect.

Et on le sait  il n’y a pas de vie digne de ce nom sans respect.

Aujourd’hui c’est aussi un combat pour qu’un jour ces femmes ne soient plus seulement quelques lignes de faits divers dans nos journaux  mais qu’elles aient, à défaut d’avoir un nom au moins un prénom.

 

 

LMN  Juin 2014

 

 

 

 

PS : Ceci est un mélange de quelques-unes des horreurs vécues par plusieurs jeunes femmes à travers le monde ces dernières semaines . Pour qu’on ne les oublie pas.

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 08:35

Un fait divers

 

Ah ! douloureuse et misérable vieillesse !

Elle devait s’armer de courage pour assurer sa pitance !

Et, pourtant, dès son plus jeune âge, elle avait loué ses services, elle avait trimé aux travaux des champs, pour les uns, les autres, pour presque rien : le couvert et quelques subsides versés occasionnellement.

 

C’était un gai pinson, une fourmi travailleuse.

Mais voilà, le dynamisme a fui, les forces se sont envolées… et elle en est réduite à quémander.

Sa silhouette voûtée, son visage décharné ne laisse personne indifférent. Dans le coin perdu de cette campagne, elle est connue telle une mascotte.

Aussi, elle est bien accueillie, elle est reçue à cœur ouvert, elle a même droit à des bises.

Une soupe qui embaume la carotte et le poireau, douce à l’estomac comme du velours lui est offerte et la réconforte.

Ses yeux pétillent, rutilants d’un bonheur suprême, ils lancent des messages…oh ! elle n’est pas causante…mais on devine des « merci, merci, merci »

 

Privée d’instruction, son répertoire limité ne lui permet pas l’usage de partition indispensable à composer de belles phrases musicales.

 

Un simple fait divers qui peut avoir une pensée philosophique, en période d’examen de nos lycéens, candidats au bac.

 

 

Serge

 

Partager cet article
Repost0
30 juin 2014 1 30 /06 /juin /2014 13:46

BRIC  A  BRAC

 

 

Un matin, dès l'AUBE, au cours de mon jogging, je tombe sur une vieille PIOCHE toute rouillée à l'ANGLE d'un mur DECATI.

Je ZAPPE alors SUBREPTICEMENT le propriétaire des lieux qui s'avance, faisant mine de ne pas l'avoir vu car il m'effraie avec son air CIRCASSIEN descendant tout droit de ses montagnes du Caucase.  C'est alors qu'il m'interpelle méchamment :  "hep ! vous là-bas   ..."

J'essaie de lui DELIVRER un sourire hypocrite pour tenter de mettre un BEMOL à sa colère que je sens poindre, puis je redépose  l'outil où je l'avais trouvé, sans un mot, reprenant ma course matinale et laissant là mon interlocuteur vociférer tout seul.

Qu'aurai-je donc fait de cet objet ?  Rien sans aucun doute, mais il aurait grossi la collection HETEROCLITE  que j'entasse dans mon grenier de choses qui serviront à quoi ? à qui ?  A rien ni à personne  ....  A mes petits-enfants peut-être qui auront alors une idée de ce qu'était la vie d'avant.

Rien n'est vraiment jamais inutile  ....

                                                                                                                                                                MARIETTE

 

 

 

Partager cet article
Repost0
30 juin 2014 1 30 /06 /juin /2014 13:45

Accordéons-nous à Trentels

 

 Non, ne zappez pas cette info…..

Subrepticement cette date immuable s’est inscrite à jamais sur vos tablettes…..elle a envahi vos esprits (pas décatis du tout…d’ailleurs) rien ni personne ne pourra les en délivrer !

Il s’offre à vous, sous tous ses angles,

entre dièse et bémol,

en délicatesse, plein de nuances,

en duo, trio ou quartet…..

aux  rythmes et horizons hétéroclites

du Pays Basque au Brésil…

de l’Espagne aux contrées circassiennes….

 

Qui peut nous ravir du crépuscule à l’aube (ou presque…) ?

 

Devinez !

La bonne réponse ?? Piochez !!

Musique sous tension

Entre silence et explosion

Jamais de trop, tout en émotion….

J’ai nommé… « l’accordéon »

 

Flamenco, folk, fado

Pop-rock, jazz, techno….

 

Finesse technique et créativité

Etonnante virtuosité

 

Le diatonique, une fois encore, va vous étonner !!

                                                                                                  Ama

Partager cet article
Repost0
30 juin 2014 1 30 /06 /juin /2014 13:43

Bal

BAL
Ce soir là il y avait bal sur la grand'place de la Bastide.
Aux quatre angles des cornières on pouvait s'acquitter du droit d'entrée et
rejoindre les danseurs qui formaient déjà une farandole hétéroclite
d'hommes et de femmes plus ou moins néophytes, plus ou moins
expérimentés, plus ou moins jeunes, plus ou moins décatis qui, tous,
débordant d'énergie, tentaient de suivre le rythme endiablé du violon et de
l'accordéon.
Je me glissais subrepticement entre deux inconnus qui lâchèrent leurs
mains pour me les offrir et m'entraînèrent dans leurs pas au rythme de la
Tarentelle qui bientôt se terminait ; juste le temps de reprendre notre souffle
et nous voilà repartis dans un cercle circassien : les hommes allaient au
centre en frappant dans leurs mains et revenaient vers leurs cavalières pour
les délivrer et partir avec elles en couple, en promenade sur le cercle. A
chaque tour, changement de cavalier : bonne pioche ? Mauvaise pioche ?
Il y avait bien sûr quelques bémols dans nos chorégraphies, quelques pas
plus compliqués que nous devions zapper mais quel bonheur sur les
visages, quelle joie d'être là tous ensemble en communion avec la musique
et souhaitant que l'aube ne se lève jamais.
Odile
29/04/2

Partager cet article
Repost0
30 juin 2014 1 30 /06 /juin /2014 13:38

Contemplation

 

Juste avant l’aube…..

J’ouvre les volets.  Le spectacle jaillit, resplendissant, grandiose, comme d’habitude et comme pour me délivrer de mauvais rêves. Prendre son temps, contempler…..

En arrière plan, la montagne, majestueuse, enveloppée d’un ciel rougeoyant ; l’angle de ses crêtes semble transpercer le léger voile nuageux qui l’entoure. Je balaye du regard la végétation  hétéroclite qui orne ses flancs. Ses différentes espèces variées nous relient à la vallée où un lac a élu domicile dans un magnifique décor circassien.

Le ponton qui mène au plan d’eau est bien sûr un peu décati, rongé par le temps, mais le charme et la magie des lieux n’altèrent en rien le spectacle qui s’offre à ma vue.

Une bonne odeur de café envahit la pièce, pour me rappeler qu’il va falloir refermer cette lucarne et zapper sur la séquence suivante.  J’ai du mal à m’y résigner mais l’écho d’une pioche va subrepticement et inexorablement interrompre la rêverie.

Je referme la fenêtre sur ce petit bémol sonore mais juste avant l’aube…..quelle belle partition.

 

Jean

 

Partager cet article
Repost0
30 juin 2014 1 30 /06 /juin /2014 13:36

L’alligator

En lisant ces mots, un poème de Robert Desnos s’est subrepticement imposé à mon cerveau décati d’enseignante retraitée. Impossible de m’en délivrer !

Ce poème, je l’avais sans doute fait apprendre trop souvent à mes élèves. Donc, pas moyen de le zapper.

Le voici :

 Sur les bords du Mississipi,

Un alligator se tapit.  

Et me voilà navigant sur le fleuve, tranquillement assise dans l’angle d’un bateau avec sa roue à aube.

Il vit passer un négrillon

Et lui dit : « Bonjour mon garçon. »

Eh, alligator, ajoute un bémol à tes paroles ; on voit bien où tu veux en venir !

Mais le nègre lui dit : Bonsoir

La nuit tombe, il va faire noir,

Je suis petit et j’aurais tort

De parler à l’alligator.

Et toc ! Bien fait, alligator ! Pends ta pioche et va plutôt creuser dans cet assemblage hétéroclite à la recherche de ta pitance !

Sur les bords du Mississipi

L’alligator a du dépit,

Car il voulait au réveillon

Manger le tendre négrillon.

Moralité : on a beau être malin, même malin comme un circassien, on trouve toujours plus malin !                                                                                            Dany

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de onselit.over-blog.com
  • : Tout a commencé lors de la semaine de la Langue Française... Mademoiselle Qui a organisé une "modeste manifestation non internationale" intitulée "poésie, on se lit, on se lie". Il s'agit pour chacun d'entre nous d'écrire un texte en prose ou en vers contenant 10 mots proposés en début de mois. Ces textes sont diffusés le mois suivant jour après jour à chaque membre du groupe. "on se lit, on se lie" !
  • Contact

Recherche